Enquête sur la consommation d’eau des ménages de l’agglomération de Montpellier

Dans le cadre du projet Eau&3E, des habitants de l’agglomération de Montpellier sont invités à participer à une enquête sur la consommation d’eau de leur ménage à partir du 4 avril 2013. Ce questionnaire a été réalisé par Anne-Laurence Agenais, ingénieure d’études Irstea, UMR G-EAU (Montpellier).  Elle a été supervisée dans ce travail par Marielle Montginoul (chargée de recherche – Irstea UMR G-Eau) et Jean-Daniel Rinaudo (chercheur – BRGM), tous deux partenaires du projet EAU&3E.

Pour toute question, vous pouvez les contacter par courriel : enquete-eau3e@irstea.fr.

 

Pour les personnes n’arrivant pas à visionner les vidéos proposées dans le questionnaire, vous trouverez les informations importantes ci-dessous :

Bonjour et bienvenue sur le questionnaire concernant la consommation d’eau des ménages de l’agglomération de Montpellier.

Les grandes agglomérations de la région Languedoc Roussillon connaissent, depuis plusieurs années, une très forte croissance démographique. Cet afflux de population crée de nouveaux besoins en eau que les collectivités locales doivent satisfaire.  

Pour cela, les mairies et syndicats d’eau potable investissent des sommes considérables dans des équipements de production d’eau. Or, compte tenu de leur coût très élevé, ces équipements doivent être prévus pour répondre au plus juste aux besoins de la population. Il est donc très important de pouvoir prévoir de manière fiable l’eau dont nous aurons besoin dans les années à venir. Pour cela, il nous faut d’abord mieux connaitre les pratiques actuelles en matière de consommation en eau potable. C’est l’objectif de l’enquête à laquelle vous vous apprêtez à participer.  

Cette enquête est réalisée dans le cadre du projet de recherche scientifique EAU&3E,  financé par l’ANR Ville Durable (2008). Mis au point par deux organismes publics, le BRGM et IRSTEA, le questionnaire a été conçu en étroite collaboration avec la communauté d’agglomération de Montpellier et le Syndicat Mixte Garrigues Campagne.  

L’enquête permettra d’estimer le niveau de consommation associé à différents types d’habitats en considérant les usages domestiques, ainsi que les usages extérieurs (comme les piscines ou l’arrosage des jardins). Elle permettra aussi de caractériser, du point de vue sociologique, différents types de consommateurs. Elle vise enfin à recueillir votre point de vue sur les possibilités de réduire la consommation d’eau de chacun.

Que vous soyez petit ou grand consommateur, sensible aux problématiques environnementales ou agacé par leur omniprésence, votre avis nous intéresse ! Par votre réponse, vous contribuez à améliorer la connaissance des besoins. Vous nous aiderez à améliorer les méthodes de prévision qui permettront d’éviter des erreurs d’investissement. Et donc de maitriser le coût du service public, c’est-à-dire in fine le montant de votre facture d’eau !

Toutes les informations que vous fournirez dans ce questionnaire sont confidentielles et ne seront exploitées que dans le strict cadre de ce projet de recherche. Les résultats seront mis en ligne sur le site du projet.

Toutes les personnes ayant répondu à l’intégralité du questionnaire avant le 5 mai 2013 recevront en cadeau un ouvrage des éditions BRGM. Nous vous précisons qu’il vous faut compter entre 10 et 20 minutes, selon votre situation, pour répondre à ce questionnaire.

Merci pour votre participation !

Sources des images utilisées dans la vidéo :  ici.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Deville Daniel dit :

    Quelles sont les actions menées afin de lutter contre les gaspillages institutionnels ? lavage des rues en grandes eaux ou arrosage des espaces verts en pleine journée (personnellement vu à Montpellier, même si cela ce raréfie), utilisation des bornes incendie par certains gens du voyage, souvent non refermées après usage, personnellement vu l’année dernière encore sur une ville du littoral sans émouvoir le moins du monde les agent municipaux en patrouille, obligation pour tous les espace verts privé ou public d’utiliser l’eau brute ainsi que cela se fait à La Grande Motte. Les fuites sur le réseau avant compteur client sont semble-t-il très importantes, tous les moyens sont-ils réellement mis en oeuvre pour les éradiquer ou les provisions facturées aux abonnés et destinées au renouvellement du réseau servent elles essentiellement à améliorer la rentabilité des opérateurs de l’eau ? en combien de temps le réseau doit-il légalement être totalement renouvelé, en combien de temps sera-t-il réellement renouvelé compte tenu des sommes réellement engagées ?

  2. Thierry Hennequin dit :

    L’eau n’est pas une marchandise !
    http://eau34.ouvaton.org/index.php?s=accueil
    POUR UN RETOUR DE L’EAU EN REGIE PUBLIQUE
    DANS L’AGGLO DE MONTPELLIER
    En juillet prochain, le conseil d’agglo devra choisir de continuer à déléguer la gestion de l’eau et de l’assainissement au privé ou de revenir à une régie publique. Paris, Grenoble et Saint Etienne ont préféré le retour de l’eau en régie.
    Une gestion peu soucieuse de l’intérêt général
    Les entreprises privées, comme Véolia, se soucient moins de l’intérêt général que des dividendes de leurs actionnaires. Conséquences : surfacturation, qualité médiocre, fuites importantes (20 % de pertes chaque année depuis 24 ans à Montpellier) et dégradation du réseau. Le tout dans une gestion opaque.
    Une concertation en trompe l’oeil
    La consultation engagée par l’agglo se tient à huis clos, sans les citoyens et les usagers. Un échantillon de 18 personnes est censé représenter les 420 000 usagers de l’agglo ! De plus, les conseils municipaux des communes concernées sont tenus à l’écart !
    Place au débat public
    Le « collectif 34 pour une gestion de l’eau en régie publique » demande qu’aucune décision ne soit prise sans débat dans chaque conseil municipal et consultation des usagers par référendum ou votation citoyenne.
    Pour qu’un véritable débat public ait lieu au sein de l’agglo, le collectif:
    • appuie les initiatives de référendum ou votation citoyenne dans chaque commune
    • organise des réunions publiques
    • appelle à signer la pétition de Eau Secours 34 pour un retour en régie publique
    http://eau34.ouvaton.org/index.php?s=petition

  3. Thierry Hennequin dit :

    Pétition pour le retour en régie publique de l’eau à Montpellier
    Les services de distribution d’eau potable et assainissement de Montpellier sont délégués à Veolia jusqu’en 2014. La communauté d’agglomération de Montpellier aura donc le choix à cette date entre renouveler le contrat de Veolia, choisir un autre délégataire ou retourner en régie publique.
    La régie publique est le seul mode de gestion qui offre l’assurance que la facture de l’usager ne sert qu’à l’entretien et l’amélioration du service, à la différence de la délégation du service au privé où une partie de la facture de l’usager sert à distribuer des dividendes aux actionnaires.
    Il faut un an et demi environ pour reconstruire une régie publique à partir d’une délégation au privé (transfert du personnel, transfert des compétences…). La décision de retourner en régie publique doit donc être prise au premier semestre 2013 au plus tard.
    Si vous souhaitez comme Eau Secours 34 un retour en régie publique des services de distribution d’eau potable et assainissement de Montpellier, dites-le en remplissant le formulaire suivant :
    http://eau34.ouvaton.org/index.php?s=petition

  4. Thierry Hennequin dit :

    WATER MAKES MONEY
    Comment les multinationales transforment l’eau en argent…
    Water makes money est un documentaire sur la privatisation croissante de l’eau, mais aussi sur les collectivités résistantes qui œuvrent pour se réapproprier ce bien commun.
    Tout comme l’air que nous respirons, l’eau est un élément indispensable à la vie. Ainsi, le 27 juillet 2010, l’accès à l’eau potable a été intégré à la Déclaration des Droits de l’Homme par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Malgré tout, l’eau reste en proie aux intérêts économiques des entreprises multinationales obsédées par leurs profits. Cette mainmise sur l’or bleu touche aussi bien les pays en voie de développement que les riches pays industrialisés…
    Dès qu’une commune cherche à remanier sa gestion de l’eau, les deux plus importants groupes mondiaux de l’eau pointent leur museau. Ensemble, ils constituent un oligopole qui pèse sur toute la surface du globe. En France, par exemple, ils approvisionnent près de 80% de la population. Conséquences : hausse vertigineuse des prix à la consommation, baisse de la qualité de l’eau, manque de transparence souvent lié à un climat de corruption… Même s’il ne s’agit plus de privatisation à proprement parler, mais de partenariat public-privé, le résultat est le même : les profits sont privatisés et les pertes collectivisées.
    Le documentaire Water Makes Money explique comment les entreprises multinationales s’accaparent la distribution de cet élément vital et créent ainsi une alchimie déroutante : elles transforment l’eau en argent ! L’analyse de ce phénomène par des experts est agrémentée par plusieurs exemples de communes, allemandes et françaises, en proie à la domination de ces entreprises peu soucieuses d’offrir un service de qualité. Mais, à l’instar de Paris, des collectivités se soulèvent pour passer en régie publique. Le contrôle citoyen de l’eau est nécessaire et possible…
    http://www.dailymotion.com/video/xh0nme_water-makes-money-fr-1-5_news
    http://www.lamare.org/water-makes-money

  5. JP Garnier dit :

    Bilan de la gestion privée de l’eau dans l’Agglo de Montpellier

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=NVqvUV1Mvg8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.