Durabilité des services d’eau et d’assainissement : méthode d’évaluation, étude de cas et perspectives pour le changement d’échelle

Lors du Deuxième Dialogue euro-méditerranéen de management public, qui a eu lieu en Slovénie du 09 au 10 octobre 2009, Caroline Lejars du laboratoire GEA[1] a présenté le travail récemment conduit avec Guillem Canneva et 6 élèves en première année du cursus de l’ENGREF sur la durabilité des services d’eau et d’assainissement.

Ce travail propose une première approche originale pour évaluer la durabilité d’un service en liant la méthode des indicateurs de performance (IP) à celle des 3 E (Environnement, Economie, Ethique). Il part de l’hypothèse qu’un service d’eau et d’assainissement peut être défini comme durable « (1) s’il remplit ses fonctions sanitaires (distribution d’eau potable et collecte d’effluents) tout en préservant les autres usagers de la pollution de l’eau générée et (2) assure le renouvellement des infrastructures sur lesquelles il s’appuie (3) sur la base d’un tarif acceptable par les abonnés ». Il présente alors les opportunités d’une méthode hybride et opérationnelle de mesure de la durabilité des services d’eau qui soit basée sur les 3 E, et complétée à chaque étape par des indicateurs de performance pertinents. Les inconvénients de chaque outil peuvent alors être compensés, et leurs avantages se complètent.

Cette méthode est ensuite appliquée au service d’eau et d’assainissement géré en régie par la ville de Gignac. Cette commune présente les caractéristiques propres aux villes du pourtour méditerranéen, telles que des ressources limitées et vulnérables (ressources karstiques), un régime des cours d’eau irrégulier, un étiage estival sévère, d’importants usages agricoles et une croissance urbaine forte.

Il ressort de cette étude de cas que si la méthode des 3 E propose une évaluation ex ante de l’impact de plusieurs scénarii sur la durabilité des services d’eau et d’assainissement grâce au calcul d’un coût théorique reconstitué, les indicateurs de performances offrent quant à eux un outil d’évaluation de gestion publique basée sur les coûts réels du service. La méthode hybride d’évaluation proposée ici semble donc pertinente, même si des pistes d’amélioration peuvent être proposées. Elle permettrait par exemple d’examiner les impacts induits par le déplacement du mode de gestion depuis le niveau de la commune jusqu’à une maille intercommunale, et d’aborder d’autres dimension de la durabilité des services d’eau et d’assainissement, telles que la résilience.

Vous trouverez ici l’article rédigé dans le cadre du Dialogue euro-méditerranéen de management public, et le power point qui y fut présenté.


[1] Laboratoire en Gestion de l’Eau et de l’Assainissement d’AgroParisTech-Engref, UMR G-EAU.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.