GARONNE 2050 : la démarche prospective de l’Agence de l’eau Adour Garonne

Espace France – Intégrer les changements globaux dans la future gestion de l’eau : comment prendre en compte une approche prospective ?

 jeudi 15 mars

A 13h, au premier service des petits fours de l’Espace France, difficile de se concentrer sur l’apport de la démarche prospective pour les futurs de la gestion de l’eau… Heureusement, le format de la session, une succession de petites interviews, était bien choisi pour capter l’attention de l’auditoire.

L’Agence de l’eau Adour Garonne vient d’entamer une étude prospective à l’échelle du bassin de la Garonne et à l’horizon 2050. Cette démarche doit permettre d’anticiper et de mettre en regard les besoins et les ressources en eau disponibles à l’échelle du grand bassin de la Garonne, et prendre clairement en compte les changements globaux forts qui se dessinent aujourd’hui dans le contexte économique et sociétal (pour plus de détails, aller voir le site de l’AEAG). La présentation de la démarche Garonne 2050 était intéressante, même si le lien avec les autres interventions n’était pas évident. Cependant, tous les intervenants se sont justement dits intéressés par ce type d’approche, qu’ils souhaiteraient pouvoir reproduire.

On peut se demander si le choix des intervenants extérieurs à l’Agence était pertinent. Si un effort a été fait pour réunir des personnes d’horizons et de pays différents, ils n’avaient ni les compétences ni l’expérience sur les méthodes de la prospective qui leur auraient permis de réagir. La conférence a donc constitué en une bonne introduction à l’utilité de cette discipline, mais elle est restée un peu superficielle. De plus, la démarche engagée par l’Agence étant toujours en cours, il aurait pu être intéressant d’avoir aussi l’illustration d’un exercice de prospective plus abouti, pour avoir une idée des résultats qu’on pourrait en attendre.

Nous avons pu discuter avec Françoise Goulard, responsable prospective de l’Agence Adour Garonne. Elle a insisté sur l’intérêt d’échanger avec d’autres pays pour remettre en perspective nos problématiques et échanger sur les exercices en cours.

Marc Abadie, directeur de l’Agence Adour Garonne a conclu la session en mettant en avant les apports d’une démarche prospective participative. Pour lui, il faut avant tout que les acteurs partagent le diagnostic sur les problèmes pour pouvoir chercher des solutions. Interrogé sur la difficulté de s’intéresser à des échéances de long terme, comme 2050 dans le cas des scénarios de l’Agence, Marc Abadie a rappelé que pour les problèmes de l’eau, l’horizon de 2050 n’était pas si lointain. Ce message mériterait d’être diffusé plus largement. L’urgence de la situation, combinée à la temporalité des réponses apportées par l’environnement nous encourage à réfléchir à ce type d’échéance.

Sarah, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Pauline, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Article publié sur le blog “Eau et Fort Marseille 2012” et reproduit ici avec l’autorisation de son administrateur.



Citer ce billet
Laure Isnard (2012, 24 mars). GARONNE 2050 : la démarche prospective de l’Agence de l’eau Adour Garonne. EAU&3E - ANR Villes durables. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzjq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search