Ode à la coopération décentralisée

Espace France – 1% solidaire pour l’eau : collectivités locales, votre action compte

mercredi 14 mars

Les retours d’expérience de coopération décentralisée se sont habilement croisés sur l’espace France du Forum Mondial.

Mais avant tout, pourquoi faire de la coopération décentralisée ?

Cela paraîtra peut-être choquant pour certains, mais cette question avait du mal à trouver une réponse claire dans mon esprit. Du point de vue d’une commune d’un pays en développement, d’accord. Dans le cadre de la mise en place d’une coopération avec une ville française, elle peut former ses agents municipaux, s’inspirer du fonctionnement des services, échanger, lancer des projets qui permettront d’aider à son développement, ou tout simplement recevoir les financements qui lui font généralement cruellement défaut.

Mais du point de vue de la ville française ? Qu’est-ce qu’une ville française a à gagner à se lancer dans la coopération décentralisée ?

Car il ne faut pas me raconter d’histoires : je veux bien que nous soyons tous de merveilleux philanthropes, et que nous ayons la passion de transmettre notre « fameux » modèle français aux quatre coins du globe, mais la question, ne serait-ce que du budget alloué à la coopération, peut intriguer, surtout en ces périodes de disette financière pour nos administrations locales.

Et bien, après la session tenue sur l’Espace France, il me semble que nous avons (tout) à y gagner. Premièrement, les projets de coopération sont fédérateurs, ils font travailler ensemble les membres de la collectivité autour d’un même beau projet, dénué d’intérêts financiers. Les gens se parlent, s’interrogent, observent les évolutions, ont des idées. Les plus jeunes échangent avec les plus anciens. Et en plus d’encourager aux échanges à l’échelle d’une commune, les projets parallèles de plusieurs villes, d’un même territoire, visant des mêmes régions du globe, peuvent lier ensemble des villes françaises, et les faire échanger entre elles. La coopération décentralisée devient alors fédératrice à l’échelle d’un territoire.

Deuxièmement, les échanges permettent de faire prendre conscience aux populations des communes françaises des problématiques de certains pays, des différences de situation. Le Nord ne sait pas ce qu’est le manque d’eau, et comprendre ce genre de choses permet de traiter la ressource avec respect et parcimonie. Mettre en avant les dangers qui touchent le patrimoine mondial de l’humanité, comme par exemple les risques provoqués par les changements climatiques sur les oasis, peut aider à modifier de façon notable les comportements quotidiens.

Et enfin, et c’est sûrement le plus important : la richesse des échanges de point de vue et de culture, n’a pas de prix. Prendre du temps à se connaître, se découvrir, de faire confiance, se respecter, est bénéfique pour tout le monde. Ça paraît sûrement bête et idéaliste, mais j’en suis convaincu.

Axel, École des Ingénieurs de la Ville de Paris

Article publié sur le blog “Eau et Fort Marseille 2012” et reproduit ici avec l’autorisation de son administrateur.



Citer ce billet
Laure Isnard (2012, 24 mars). Ode à la coopération décentralisée. EAU&3E - ANR Villes durables. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzjo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search