Les « controverses » du Forum Alternatif Mondial de l’Eau

Controverses – FAME

jeudi 15 mars

Le FAME (Forum Alternatif Mondial de l’Eau) qui s’est tenu en parallèle du Forum Mondial de l’Eau a permis aux associations environnementales et aux acteurs non présents sur le Forum Mondial de s’exprimer sur ce sujet fondamental qu’est l’eau mais aussi d’apporter un autre éclairage, où la valeur marchande de cette ressource est moins marquée. Pour se faire, des stands mais également des ateliers (dont de courts débats d’une demi-heure) sur les différentes « controverses » liées à l’eau ont pris place au Dock des Suds de Marseille.

Lors de ces débats, deux intervenants, parfois (mais pas toujours) en désaccord, défendaient leur position avant de laisser la place aux questions de la salle. En voici quelques exemples :

  • Concernant la « coopération décentralisée », le débat a porté sur la pertinence de la loi Oudin-Santini et de ses dérives potentielles. En effet, les 1% des redevances d’eau utilisées dans le cadre de ces coopérations peuvent être considérés comme inégalitaires pour des familles aux faibles revenus si elles sont votées par les collectivités. Dans ce contexte, la possibilité d’une taxe liée aux revenus ou d’un impôt local en faveur de la coopération décentralisée a été évoquée, celle-ci permettant aux citoyens de participer aux débats concernant l’utilisation des fonds.
  • Lors de la controverse sur le « Droit à l’eau : progrès ou imposture ? » divers aspects (également abordés lors du Forum Mondial de l’Eau) tels que la nécessité d’appliquer ce droit reconnu en 2010 par les Nations Unies et la nécessité de l’inscrire dans la législation des différents Etats ont été abordés. L’idée de renforcer le droit à l’eau en France a été revendiquée mais aussi celle de garantir 40 litres d’eau par jour à toute personne résidant sur le territoire. Une seule modalité a été réellement débattue lors de cette « controverse » : celle de la gratuité ou non de l’eau.
  • Les modes de gestions de l’eau n’ont été que faiblement débattus lors de la controverse intitulée « Service public : régie, SPL ou coopérative ? », les différents intervenants étant d’accord sur les avantages que le mode en régie présentaient vis-à-vis des autres modes, notamment en terme de coût public (pas de rémunération d’actionnaires et augmentation faible du prix de l’eau d’une année sur l’autre) mais également de transparence, de contrôle et d’indépendance pour les collectivités.

Ainsi lors de ces trois débats, très denses et très courts, des points essentiels des enjeux autour de l’eau ont été évoqués. Cependant, on peut regretter que ces « controverses » soient malheureusement restées principalement franco-françaises (tout du moins pour celles présentées ci-dessus) et qu’elles n’aient amené qu’à peu de débats malgré leur importance. Les différents intervenants étant le plus souvent en accord sur le fond, seules de légères variations d’opinion relatives à des modalités d’application ont pu être réellement débattues. Ce phénomène aurait pu être évité si un plus grand nombre de participants au forum officiel s’étaient également rendu au forum alternatif.

Louise, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Thomas, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Article publié sur le blog “Eau et Fort Marseille 2012” et reproduit ici avec l’autorisation de son administrateur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search