Eau et sécurité alimentaire : des lieux communs en guise de solutions

Panel de haut niveau : eau et sécurité alimentaire

13 mars

Le panel de haut niveau eau et sécurité alimentaire réunissait des personnalités de différents pays et organismes pour s’attaquer à un problème majeur : les liens entre l’agriculture et l’eau. En effet, l’agriculture utilise déjà 70% des prélèvements d’eau au niveau mondial, et la demande agricole ne cesse d’augmenter avec l’accroissement de la population.

Nos attentes ont été globalement déçues par cette conférence. Les interventions et les questions ont eu du mal à rester centrées précisément sur l’eau et l’agriculture et ont souvent dévié sur la sécurité alimentaire seule. De plus, peu de solutions concrètes ont été réellement proposées. Ceci est peut-être dû au format de ce type de conférence un peu générique, mais c’est malgré tout regrettable dans un Forum qui se dit vouloir mettre l’accent sur les solutions. Les quelques pistes d’action évoquées s’inscrivent dans la continuité des politiques actuelles, ne remettant pas en cause les modèles de production agricole ou les régimes alimentaires. N’est-il pas pour autant nécessaire d’envisager des solutions de rupture face à l’ampleur des défis à relever en termes de préservation de l’eau et de production agricole ?

Le ministre français de l’agriculture a affirmé vouloir faire quatre propositions concrètes, mais elles nous semblent toujours éloignées de réelles solutions opérationnelles. Ces propositions sont les suivantes :

  • développer l’irrigation partout dans le monde ;
  • investir dans l’innovation et la recherche, notamment dans la sélection de variétés résistantes à la sécheresse ;
  • développer l’agriculture familiale ;
  • mettre en place une gouvernance mondiale de l’eau pour l’agriculture.

Ces propositions mériteraient d’être plus détaillées. Par exemple, faut-il réellement développer l’irrigation partout ? Cette idée est-elle cohérente avec un diagnostic de rareté des ressources en eau? Les mots sont importants : s’agit-il de “développer”, ou “d’améliorer” l’irrigation?

Surpris, nous avons interpelé Alexander Muller, sous directeur général de la FAO, au comptoir du bar du Village des solutions. Voici le compte rendu des discussions, sous réserve de bonne traduction :

  • “Êtes vous d’accord avec la proposition du Ministre de l’agriculture, Bruno Lemaire au sujet de l’irrigation ?” Après une légère moue, il nous a fait remarquer qu’il s’agissait de propositions trop générales. Des travaux doivent être menés pour améliorer l’irrigation par endroit et d’autres solutions doivent être envisagées dans les zones disposant de faibles ressources hydriques.
  • “Dans l’hypothèse d’un désaccord profond avec une proposition du Ministre, pourriez vous exprimer votre opinion ?” Bien sûr, nous a-t-il répondu. Il a ensuite ajouté que la proposition de Bruno Lemaire concernant la gouvernance était encourageante et rarement exprimée par de tels représentants, ce qui nuance notre impression négative.

Sarah, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Emmanuel, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Article publié sur le blog “Eau et Fort Marseille 2012” et reproduit ici avec l’autorisation de son administrateur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.