Mieux comprendre comment évolue la consommation d’eau à Paris – Etude

Cette étude, réalisée en 2008 par Bernard Barraqué, Alexis Nercessian et 6 ingénieurs-élèves de l’ENGREF, a été commandée et financée par la Ville de Paris. Elle part du constat suivant : depuis le début des années 1990, la consommation d’eau potable à Paris (et dans plusieurs grandes villes européennes, telles que Berlin, Madrid, Milan et Barcelone) diminue. Avec deux conséquences immédiates :

  • puisque le poids des infrastructures fait de la distribution d’eau une industrie de coûts fixes essentiellement, la baisse des consommation risque d’entraîner une hausse des prix unitaires ;
  • les réseaux d’eau pourraient se retrouver sur-dimensionnés, ce qui induirait une perte de la qualité de l’eau distribuée due à un temps de séjour plus long dans les réseaux. Cela poserait aussi la question de la dimension à donner aux nouveaux réseaux, lors d’opérations de renouvellement notamment.

Afin que les services de distribution puissent savoir à quelles conditions ils devront faire face demain, comprendre les raisons de la baisse de la consommation d’eau paraît indispensable. Il s’agit donc d’essayer de déterminer jusqu’où cette baisse ira et si elle se maintiendra dans le temps.

Si cette étude n’a finalement pas pour résultat de dire précisément à la mairie de Paris comment va évoluer la consommation d’eau dans les années à venir, elle a toutefois permis de tester un certain nombre de méthodes pour cerner la baisse récente et imaginer la suite : par exemple, quelle baisse est liée au remplacement spontané des lave-linges et lave-vaisselles ? Le prix de l’eau a-t-il un effet sur la consommation ? L’éducation du public aux économies d’eau a-t-elle un impact durable ?

L’étude conclue sur l’importance de lier trois grandes approches pour appréhender l’évolution de la consommation d’eau :

  • explorer l’impact des grandes variables « macroscopiques » (emplois, population…) pour rendre compte de la consommation globale de la ville. La diffusion de la télérelève devrait faciliter cette approche ;
  • étudier plus précisément un certain nombre de cas sur le terrain , dans la mesure où ils font apparaître de nouveaux facteurs d’explication (à une échelle « micro ») et peuvent aider ponctuellement les usagers à réduire les gaspillages involontaires (grâce la encore à la télérelève qui permet d’identifier les surconsommations et aide à lutter contre les fuites) ;
  • étudier le parc des « objets techniques » (changement de climatisation ou de sanitaires, pose d’économiseurs, renouvellement des logements) pour essayer d’estimer l’évolution de la consommation ) l’échelle plus globale de la ville.

L’étude a également permis de mettre en évidence que plus de la moitié (56%) de la baisse de la consommation d’eau à Paris était due à une baisse « diffuse » au sein de la catégorie « habitations » : une majorité des compteurs correspondants enregistre une petite baisse, mais le nombre très important de compteurs de cette catégorie entraîne une baisse globale conséquente. Des effets de seuils ont également été mis en évidence : la consommation en eau peut par exemple se mettre à augmenter à partir d’une certaine température à cause du basculement de climatiseurs sur un procédé à eau perdue, ou tout bêtement parce que les clients veulent des glaçons en plus de leurs boissons réfrigérées… Enfin, l’état du parc des logements aurait également de l’importance : les logements anciens ou vétustes consommeraient davantage d’eau que les logements nouveaux. Il se pourrait donc que la consommation d’eau à Paris continue à baisser.

Rapport complet

NB : cette année, d’autres études de cas, conduites avec les nouveaux étudiants de l’ENGREF, pourraient permettre de renforcer les résultats de cet premier rapport. Ces études tenteront notamment d’analyser l’impact réel de l’installation de compteur divisionnaires et de l’individualisation des factures sur la consommation d’eau des ménages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *