L’hydroélectricité et la Directive Cadre sur l’Eau sont-elles irréconciliables ?

 

EU 6 : Parvenir à l’équilibre entre les exigences de la Directive Cadre sur l’Eau et celles de la Directive sur les énergies renouvelables

mercredi 14 mars

L’une des idées qui revient souvent dans les discussions du Forum est la nécessité de rendre les différentes politiques cohérentes entre elles. Une conférence abordait de manière concrète ce sujet, en interrogeant l’équilibre entre la Directive Cadre sur l’Eau (DCE), qui défend la continuité écologique des cours d’eau et la Directive sur les énergies renouvelables, qui promeut entre autres l’énergie hydraulique.

Les acteurs présents lors de cette session appartenaient majoritairement au secteur de l’industrie hydroélectrique, un membre du WWF et un représentant de la Commission Européenne étaient également présents.

 Nous avons été relativement surprises d’assister à une présentation de 20 min de RusHydro, entreprise hydroélectrique russe dans une discussion dont le thème était l’équilibre entre des directives de l’Union Européenne. Les pays européens ont été représentés par certaines personnes de la salle, qui ont posé des questions.

Les arguments échangés étaient assez généraux et largement en faveur de l’hydroélectricité, dont les qualités étaient mises en avant par référence aux autres énergies renouvelables (« c’est l’énergie la moins chère », « la plus efficiente », « la plus carbon-friendly ») et les impacts environnementaux peu discutés. Ceux-ci n’ont été abordés que comme des contretemps auxquels il suffit d’avoir une solution technique et financière.

Dubitatives après cet échange, nous avons interrogé Serge Moroz, du Bureau des Eaux de surface du WWF pour avoir son opinion. Celui-ci a un peu nuancé notre propos : cette discussion a été pour lui étonnement constructive et « environnementale » par rapport aux échanges précédents, où l’industrie hydroélectrique proposait tout simplement de réécrire la DCE pour l’adapter au contexte hydroélectrique. Peut-être que nous sommes encore de jeunes optimistes, pensant avancer par grandes enjambées alors que les progrès se font par petits pas ?

 

Sarah, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Suzanne, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Article publié sur le blog “Eau et Fort Marseille 2012” et reproduit ici avec l’autorisation de son administrateur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.