Comment questionner l’ingénierie écologique ?

Espace France – L’ingénierie de demain au service du bon état des milieux aquatiques

mardi 13 mars

Nous avons assisté à une conférence organisée par l’ONEMA à l’espace France. Elle portait sur : « l’ingénierie de demain au service du bon état des milieux aquatiques » et était présidée par Philippe Dupont (ONEMA). Cette séance a suscité l’intérêt du public. En effet, les interventions alternaient habilement entre concepts théoriques et cas pratiques.

Deux intervenants ont attiré notre attention par leur réflexion sur la nécessité d’une intervention de l’ingénierie écologique en amont de la mise en œuvre des projets :

  • Luc Abadie (CNRS) tout d’abord, qui, malgré son approche très théorique du sujet, a su mettre en lumière les risques de la manipulation du vivant que suppose l’ingénierie écologique : « manipuler l’écosystème peut faire peur, mais c’est une réalité ». Cette discipline, qu’il qualifie de nouvelle branche des biotechnologies permet de tester la validité des connaissances acquises par l’écologie elle–même.
  • Michel Bacchi (entreprise RIVE) a, quant à lui, apporté des éléments constructifs au débat ; notamment sur les limites de l’utilisation de guides. Il faut selon lui, adapter les technologies aux contextes de mises en œuvre et penser la restauration « comme un art et non [comme] des recettes » (G. Barnaud).

A la suite de cette conférence, nous nous sommes entretenus avec Bernard Chocat (fondateur du LGCIE : Laboratoire de Génie Civil et d’Ingénierie Ecologique – INSA Lyon). Nous voulions approfondir sa réflexion sur le besoin de restructuration de la filière. Au-delà de la maîtrise d’ouvrage, la maintenance des infrastructures ne pourra plus être gérée comme nous le faisons actuellement. Il faut repenser les filières d’aménagement du territoire. En effet, dans un contexte de perturbation environnementale, pour tendre vers un fonctionnement « naturel » des écosystèmes, il faut sortir des approches sectorielles et mettre en place des solutions ayant de fortes capacités de résilience. Il apparait que les intérêts des différents acteurs ne sont pas forcément inconciliables. Cependant pour raisonner différemment il faut poser les questions différemment

 

Pauline, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Emmanuel, Mastère spécialisé PPSE, AgroParisTech-ENGREF

Article publié sur le blog “Eau et Fort Marseille 2012” et reproduit ici avec l’autorisation de son administrateur.



Citer ce billet
Laure Isnard (2012, 20 mars). Comment questionner l’ingénierie écologique ? EAU&3E - ANR Villes durables. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzj9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search