Le prix de l’eau à Los Angeles

NB : le billet suivant a été écrit par Bernard Barraqué, suite à une mission en Californie effectuée en septembre 2010.  Les données présentées ici sont issues d’un interview de Mariko Marianes et Robert Estrada, du LADWP (Los Angeles Department of Water and Power), en présence de Stéphanie Pincetl (UCLA), ainsi que de divers documents écrits transmis par les interviewés ou lus sur le site du LADWP.

La ville de Los Angeles distribue de l’eau qu’elle produit en partie elle-même (aqueduc historique de la Owens Valley), et qu’elle achète pour le reste au fournisseur d’eau en gros de la Californie du sud, le Metropolitan Water District of Southern California (MWD)[1]. Le service municipal de l’eau gère aussi le service de l’électricité : c’est le Department of Water and Power (LADWP). L’important est que les Angelinos reçoivent une seule facture tous les deux mois pour les deux services. Et du coup la partie fixe de l’abonnement est commune, soit $7 par mois. D’ailleurs, quand l’État de Californie a interdit les parties fixes pour les factures d’eau[2], celle de Los Angeles qui était de $1 par facture[3] a été reportée sur l’abonnement à l’électricité (de 6 à 7 $). Pour les immeubles résidentiels, la partie fixe est de $25/mois. La facture comprend la redevance d’assainissement (mais qui est facturé en proportion du volume d’eau potable consommé pendant les mois les plus creux, cf. infra).

Deuxième remarque importante : l’aridité relative du climat de la Californie du sud conduit à ce que l’usage de l’eau à l’extérieur des logements représente sans doute les deux-tiers du total, ce qui a conduit la ville à mettre en place une tarification incitative, avec deux tranches seulement. La deuxième tranche ne s’applique que les mois d’été, sauf les années de sécheresse déclarée où elle s’applique toute l’année. Les divers usagers de l’eau payent selon 4 catégories de tarifs (tous avec 2 tranches) : pavillons / immeubles collectifs / commercial-industriel-administrations-chantiers / et arrosage agricole et des espaces verts[4]. Il n’y a en général qu’un compteur par propriété, mais, compte tenu du mode de vie majoritairement pavillonnaire, il est important de faire payer plus cher la consommation liée à l’arrosage du jardin en été ou en période de sécheresse. Ce système tarifaire à la fois saisonnier et avec deux tranches a été mis en place sur le conseil d’économistes dont Michael Hanemann. Il a ensuite été sophistiqué de façon incrémentale, et il est devenu un véritable casse-tête, le prix pouvant changer quasiment tous les mois.

Il faut en effet d’abord comprendre que, pour les pavillons, la première tranche de consommation varie chaque mois selon trois dimensions :

  • D’abord selon la saison : en été on a droit à davantage d’eau dans la première tranche parce qu’il fait plus chaud ;
  • Ensuite selon la taille de la parcelle : plus le jardin est grand et plus il a besoin d’eau
  • Enfin, selon la température moyenne du mois : même en été, un mois plus frais correspond à un besoin plus faible en eau pour divers usages, et donc la première tranche est plus petite.

Pour donner un exemple, une maison individuelle de moins de 700 m2 (7500sq.ft.) aura une première tranche limitée à 36,4 m3 (soit 13 HCF[5]) par mois en basse saison et avec une température en zone faible, et à 39,2 m3 en zone de température moyenne ou élevée ; en haute saison (été ou sécheresse) la même propriété aura droit à une première tranche de 44,8 m3 en basse température, 50,4 m3 en température moyenne, et 53,2 m3 en température élevée. A l’autre extrême, une propriété de plus de 4047 m2 aura droit à une première tranche de 100,9 m3 en basse saison un mois froid, de 106,4 m3 en basse saison un mois tempéré ou chaud, et jusqu’à 182 m3 (65 HCF) en haute saison un mois chaud.

Le prix de base était, pour l’année fiscale Juillet 2009 – Juin 2010, de $0­,467/ m3 pour la première tranche[6], en augmentation de 14% en deux ans ; et de $0,95/ m3 pour la deuxième tranche en basse saison (+8% en 2 ans), et de $1,16/ m3 en haute saison (+6,5% en 2 ans).

Pour les immeubles collectifs et pour les usages commerciaux, la première tranche est calculée sur la base de la consommation de l’hiver précédent (de Décembre à Mars), augmentée de 25%. Elle ne peut être inférieure à 28 HCF/mois. Le prix de la première tranche est resp. de $0,470/m3 (immeubles) et de $0,50/m3 (commerces) pour 2009-2010, également en augmentation de 14% en 2 ans, et celui de la deuxième tranche en haute saison est de $1,16/m3 comme pour les pavillons.

Mais ce n’est pas tout. Le LADWP a fait voter par le conseil municipal diverses surtaxes circonstancielles. D’abord, les captages propres à Los Angeles (puits et surtout aqueduc de la vallée Owens) sont insuffisants pour couvrir les besoins de la ville. Le complément d’eau est acheté au MWD, à un prix beaucoup plus élevé : $700/acre-pied (57 cts/m3) contre 135 pour Owens. Ce différentiel est répercuté sur la facture d’eau en fonction de ce qui a été acheté ; par ailleurs, une contribution au financement de la politique de ‘gestion de l’eau par la demande (DSM) et recyclage (reclamation)’ est ajoutée. Ces deux ajustements (trimestriels) existent depuis plus de 18 ans. Ensemble, ils ajoutaient +70% au prix de base en 1992, 12% en oct.1995, 48% en janvier 2001, 65% en juillet 2003, 78% en juillet 2007 ; ils ont dépassé le prix de base pour la première fois en juillet 2009, pour atteindre un sommet, soit 123% du prix de base en juillet 2010 (soit + $0,55/m3) ; il restera à +113% en Janvier 2011.

Depuis plus de 18 ans également, une surtaxe est ajoutée pour compenser le manque à gagner du service du fait des économies d’eau : elle était de 5 cts/m3 en 1992, puis elle a longtemps été nulle, et elle est remontée à 2 cts en 2010 ; une autre surtaxe est prélevée depuis avril 1993 pour financer l’amélioration de la qualité de l’eau (traitements complémentaires) : elle a oscillé entre 5 cts/ m3 l’année de sa création et 13 cts au maximum, pour redescendre à 6 cts en 2009. Depuis Juillet 2004, une autre surtaxe vient financer les mesures de sécurité sur l’eau prises suite aux attentats terroristes de septembre 2001 : elle atteint 12 cts/ m3 en octobre 2009. Depuis Novembre 2006, deux nouvelles surtaxes ont été ajoutées : l’une sert à financer le contrôle exercé sur la protection des ressources en eau de la Owens valley (laisser plus d’eau à l’écosystème), et l’autre alimente un fonds d’aide aux ménages à faibles revenus[7]. Elles atteignent respectivement 9 cts et 3,5 cts/ m3 en octobre 2010.

Avec tous ces ajustements, le prix de l’eau total passe à $1.29/m3 en avril 2010, légèrement plus de $1,33 en juillet et en octobre, et baissera légèrement en dessous de cette valeur en janvier 2011. L’augmentation par rapport au prix de base (47 cts) est de 85 cts. Et le prix total du m3 pour la deuxième tranche en haute saison atteint alors $2,01. Avec ces prix, on comprend que beaucoup d’Angelinos essaient de rester dans la première tranche. Et en définitive, la consommation d’eau est restée en gros la même en vingt ans, malgré une augmentation de population de 17%[8]. Mais de là à mettre en évidence une élasticité de la consommation par rapport au prix, ce n’est pas facile compte tenu des deux tranches et de tous les correctifs, ainsi que de la redevance d’assainissement. Entre 2001 et 2009, le prix moyen de l’eau potable (obtenu en divisant les revenus par catégorie de tarif par les volumes vendus) est passé de $0.75 à 0.82/ m3 entre 2001 et 2005 pour les pavillons, pour atteindre $1.17/ m3 en 2009, et sans doute $1.40/ m3 en 2010. Pour les immeubles collectifs, il est passé aux mêmes dates de $0.70 à $0.80/ m3, puis à $1.13 et sans doute à $1.32/ m3 en 2010.

A ces tarifs d’eau s’ajoutent les redevances d’assainissement, qui sont compliquées aussi, pour les pavillons, dans la mesure où elles tiennent compte de l’eau d’arrosage qui ne va pas dans les égouts. Le calcul est basé sur la consommation d’eau moyenne journalière pendant les deux mois (d’hiver) où elle a été la plus faible. On la réduit ensuite d’un facteur compensatoire pour l’arrosage en sécheresse hivernale, qui peut varier, mais qui se situe autour de 10%. Puis on multiplie de volume journalier théoriquement rejeté à l’égout par le nombre de jours depuis la facture précédente (la facture est envoyée tous les deux mois). Le volume ainsi obtenu[9] est facturé en 2009-2010 $1.16/m3.

Pour les usagers commerciaux, industriels, administratifs, et pour les immeubles de plus de 5 logements, la redevance d’assainissement est basée sur 90% de la consommation d’eau de chaque période : on estime forfaitairement que 10% de l’eau n’est pas rejetée à l’égout.

Discussion

Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, il est très difficile d’évaluer les effets d’un système tarifaire aussi compliqué, et adapté de façon incrémentale à toutes sortes de circonstances, sur la consommation d’eau. D’autant que les baisses de revenus sont compensées par une augmentation du prix unitaire. La partie assainissement n’a pas d’effet incitatif particulier, puisqu’elle est basée sur la consommation d’eau en base hivernale. Par exemple, elle n’incita pas à abandonner les systèmes de refroidissement à eau qui rejettent de grandes quantités à l’égout (3 cycles et rejet). C’est plutôt le prix de l’eau potable qui est incitatif, et qui vise les consommations additionnelles l’été. Mais un système tarifaire aussi sophistiqué, voire baroque, a au moins l’avantage d’obliger le LADWP à mieux connaître ses abonnés : pavillons de telle ou telle taille de jardin, immeubles collectifs, autres usagers, etc. Les éléments qui nous ont été donnés (à vérifier par études statistiques) nous permettent de calculer une consommation moyenne résidentielle en additionnant les volumes passés par les compteurs des pavillons et des immeubles résidentiels, et en divisant par la population de la ville. On trouve 141 m3/hab/an en 2000, 130 en 2008, et 115 en 2009. Une baisse significative semble s’être produite l’an dernier, et elle semble s’accentuer cette année : 102 millions HCF contre 108 millions HCF sur les 8 premiers mois, certes avec un été frais. Une politique d’économies semble porter ses fruits, mais la consommation reste environ trois fois supérieure à celle de pays comme la France ou l’Angleterre, et surtout l’Allemagne.

Pour évaluer l’effet du tarif saisonnier et par tranches sur la consommation d’eau, ou en tout cas le lien entre les deux, il faudrait disposer, en plus des consommations et des recettes mensuelles, que nous avons depuis 2001 d’une part pour les pavillons, et d’autre part pour les immeubles résidentiels, du nombre de logements dans ces deux catégories, et de la population qui y réside, voire également de la surface cumulée de jardins. Il est probable que les évolutions par logement et par habitant seraient plus importantes et plus nettes que les données cumulées (baisse de la consommation malgré l’augmentation de population).

Nous avons tracé ci-dessous les courbes des consommations d’eau (en bleu) et le montant mensuel total des factures perçues par le service d’eau et d’assainissement (en rouge), pour l’habitat pavillonnaire d’une part (‘single-family’) et l’habitat collectif (‘mutli-family’) de l’autre, pour les années 2001-2002 et 2009-début 2010.

Evolution des consommations d’eau et des recettes du service d’eau et d’assainissement selon le type d’habitat pour les années 2001 et 2002

Evolution des consommations d’eau et des recettes du service d’eau et d’assainissement selon le type d’habitat pour les années 2009 et début 2010

Avec les données que nous avons ici, en comparant les consommations de 2001-2002 et de 2009-début 2010, on voit bien plusieurs phénomènes :

  • La pointe de consommation l’été est nettement plus faible aujourd’hui, et LADWP ne fournit plus d’eau au dessus de 9 millions HCF dans un mois d’été aux pavillons[10], alors que les les 10 voire les 11 millions étaient dépassés au moins 4 mois par an au début de la décennie. Pour les collectifs, il y avait deux mois à plus de 8 millions HCF/mois en 2001, plus de 5 mois au dessus de 7 millions entre 2002 et 2006, contre 2 mois en 2008, et aucun depuis janvier 2009.
  • Les courbes de revenus suivent bien les consommations, mais avec une distortion vers le haut entre mai et novembre ; cela montre qualitativement qu’une partie de la consommation dépasse la première tranche, et paye plus cher. La distortion entre les deux courbes est devenue bien plus importante en 2009 et surtout dans les 8 premiers mois de 2010 qu’en 2001, ce qui montre en fait que le prix unitaire de la deuxième tranche a beaucoup augmenté récemment, alors même que des économies d’eau ont été réalisées en été. C’est encore plus net sur les courbes de consommation et de recettes des immeubles collectifs.
  • En revanche, cette consommation d’eau des immeubles semble varier de façon plus aléatoire selon les mois. Une baisse se produit en août (sans doute à cause de vacances ; elle n’a pas lieu dans les pavillons), mais certains mois comme novembre enregistrent des consommations très ou assez élevées.

Nous n’avons par ailleurs aucun élément  sur les effets redistributifs de ces tarifs, bien qu’il soit possible de les calculer. Il faudrait pouvoir classer la population des pavillons et des immeubles selon les tailles de familles et les tranches de revenus. On peut seulement dire qu’aujourd’hui, avec une consommation moyenne par habitant de 40 HCF par an, le coût de l’eau potable est de $133, et la redevance moyenne d’assainissement est estimée à $100/hab.

Pour un ménage de trois personnes, la facture eau-assainissement annuelle s’élève à $400, soit 300 euro. Ce qui est un peu inférieur à la facture d’eau française.

En 2001, le prix de l’eau potable était plus faible ($2,05/HCF en moyenne), mais la consommation plus élevée. La facture par habitant et par an n’était que de $102. Nous n’avons pas le prix de la redevance assainissement en 2001.

Il nous restera à discuter de ces résultats et de ceux que nous pourrions obtenir si nous avions accès à des données plus détaillées.

Vous pouvez télécharger ici le texte et les graphiques sous format pdf.


[1] En 10 ans, la part provenant de la vallée Owens a diminué de 75 à 35%, suite à l’obligation d’en laisser davantage pour le milieu aquatique ; les pompages d’eau souterraine sont également descendus de 15 à 7%, et les eaux recyclées ne représentent encore que 1% du total. Désormais 55-60% de l’eau provient de MWD, à un coût 5 fois plus élevé. On verra ci-dessous la répercussion sur le prix de l’eau.

[2] Pour accroître l’incitation à économiser l’eau, on veut supprimer la part fixe et augmenter d’autant la part variable.

[3] L’eau (plus l’assainissement) et l’électricité sont facturés ensemble tous les deux mois.

[4] Plus deux tarifs particuliers : pour les services d’incendie privés, et pour l’eau recyclée.

[5] HCF = hundred cubic feet. Notons que 100 pieds cubiques font 2,8 m3, comme si l’unité de base de la consommation était trois fois celle des Européens.

[6] En fait, $1,321/ HCF.

[7] Il s’agit de ménages se déclarant pauvres et reconnus comme tels après enquête sociale. Ils obtiennent alors un rabais de $10/mois sur leur facture d’eau.

[8] 3,485 millions en 1990, 3,695 millions en 2000, et 4,066 millons en 2009

[9] Exemple donné sur le site du Bureau of Sanitation : Jack a utilisé 22 HCF (centaine de pieds cubiques) pendant les 61 jours d’hiver où il a utilisé le moins d’eau (soit 62 m3). Cela fait une consommation journalière de 0.36 HCF/jour. Pour tenir compte de l’arrosage du jardin lors de l’hiver sec cette année là, on multiplie ce volume par 0.9, ce qui donne 0.32 HCF rejetés par jour. Puis on multiplie par le nombre de jours avant la facture à envoyer, en l’occurrence 59. Le résultat est arrondi à 19 HCF. Facturé à $3,27/HCF, ce volume théorique donne une facture (bimestrielle) de $62.13.

[10] sauf en août 2010 où elle a atteint 9,12 millions HCF


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. herlin dit :

    « Pour un ménage de trois personnes, la facture eau-assainissement annuelle s’élève à $400, soit 300 euro. Ce qui est un peu inférieur à la facture d’eau française. »

    La facture d’eau français ? laquelle? je suis en région parisienne et je paye ma facture d’eau/assainissement 5€26 cts le m3 soit pour une famille de trois personnes 120 m3 par an = 5.26×120 = 631€ = 902$

    NB : merci pour votre site et les infos

  2. Laure Isnard dit :

    Bonjour,
    D’après la dernière enquête du Commissariat Général du Développement Durable (parue en 2010, sur les données de 2008), le tarif moyen du m3 d’eau pour une consommation annuelle de 120m3 s’élève à 3,39€ en France. Soit 407€ de facture d’eau par an. Mais cela ne rend pas compte des écart de prix de l’eau d’un service à l’autre ! Je vous conseille de consulter le 4 pages du CGDD (service de l’observation et des statistiques) paru en décembre 2010 à l’adresse suivante : http://www.stats.environnement.developpement-durable.gouv.fr/publications/nos-publications/le-point-sur/2010/services-deau-et-dassainissement-une-inflexion-des-tendances.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *