Paiements pour services écosystémiques : le cas des bassins d’alimentation de captage de la ville de New York

A l’heure actuelle, les paiements pour services écosystémiques (PSE) reçoivent une attention de plus en plus marquée de  toute la communauté internationale concernée par la politique de gestion des ressources naturelles. Les gestionnaires des services d’eau commencent également à s’intéresser à la mise en place d’accords coopératifs, notamment avec les agriculteurs présents sur les champs d’alimentation de captage des sources d’approvisionnement en eau potable. Avec la popularisation de la notion de PSE, la croissance des discours et des amalgames  est inévitable. C’est pourquoi il est essentiel d’identifier les réalisations dans ce domaine et d’intégrer les enseignements des démarches les plus anciennes, qui font aujourd’hui référence.

C’est le cas de la politique de protection des réservoirs Catskill, Delaware et Croton, d’où l’eau de la ville de New York est issue. Le papier présenté ici, rédigé par Laure Isnard et Bernard Barraqué, rend compte et propose un point de vue critique de la protection de la ressource en eau conduite depuis une quinzaine d’années par le Department of Environmental Conservation de la Ville de New York. Ce travail s’inscrit bien sûr dans le projet d’EAU&3E, mais aussi dans le cadre d’un projet financé par l’AFD sur “les paiements pour services environnementaux : de la théorie à la mise en œuvre, quelles perspectives dans les pays en développement”, coordonné par Yann Laurans (Ecowhat).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search